Qui sommes-nous ?

Faire controverse(s), éclairer les relations sciences-société, détecter les signaux faibles : la Mission Agrobiosciences-Inra

A l’origine, la Mission Agrobiosciences (MAA) a été créée en 2000 par l’ancien président du centre Inra de Toulouse, Jean-Claude Flamant, et un journaliste indépendant, Jean-Marie Guilloux. Cette structure nouvelle, pensée comme un espace singulier, hors institution, de médiation et d’instruction des tensions entre recherche, société et décision publique, s’est donnée d’emblée pour mission, aux plans national et européen, l’analyse des questions vives qui traversent la société, dans le champ de l’agriculture, de l’alimentation et des sciences et techniques du vivant.

Privilégiant le débat multi-acteurs et la veille analytique, son équipe a progressivement développé une ingénierie d’échanges et d’éclairage des controverses, mobilisant un large réseau de savoirs et d’acteurs : chercheurs, universitaires et formateurs de toutes disciplines, milieux agricoles, représentants associatifs, pouvoirs publics, etc.

C’est dans ce contexte que la MAA et l’Inra n’ont cessé d’approfondir des relations de confiance. Et c’est tout naturellement qu’en juillet 2016, l’équipe toulousaine rejoint l’institut de recherche, sans changer ni son esprit, ni ses manières de faire.  Mais avec pour activité supplémentaire la création de la nouvelle revue Sesame, héritière de l’ancien Courrier de l’Environnement de l’Inra.

Son « ADN » ? Ainsi que l’indique clairement Philippe Mauguin, PDG de l’Inra et directeur de la publication, dans son édito du premier numéro : « Sesame n’est pas un nouveau support de communication et n’ambitionne pas de porter la voix officielle de l’Inra. Ce positionnement est souhaité et assumé ; il permettra le débat d’idées en confrontant les positions de personnalités de cultures et d’horizons variés ».

L’équipe de la Mission Agrobiosciences-Inra :

Valérie Péan (directrice de l’Unité), Jean-Marie Guilloux (développement), Sylvie Berthier (rédactrice en chef de Sesame), Lucie Gillot (débats et web), Christophe de Heaulme (audiovisuel et communication), Anne Judas (responsable rubrique « De l’eau au moulin ») et Mounia Ghroud (gestionnaire de l’unité).

La Mission Agrobiosciences-Inra, c’est aussi :

D’autres débats et ressources documentaires sur le site internet www.agrobiosciences.org,
La conception et l’organisation chaque année des Controverses européennes de Marciac à découvrir sur le blog controverses-de-marciac.eu

***********

Naviguer dans Sesame…

Bruits de fond. Panorama de tendances lourdes, de paradoxes, de décryptages.

Quel heurt est-il ? Instruction de conflits en cours, de controverses sociotechniques, de disputes.

Croiser le faire. Quand des acteurs sur le terrain se heurtent à des difficultés insoupçonnées qui peuvent révéler de nouveaux modèles ou de nouvelles questions.

À mots (dé)couverts. Pour capter et interpréter les signaux faibles et les impensés.

De l’eau au moulin. Pages ouvertes à l’expression des citoyens, des chercheurs, d’opérateurs économiques, associatifs sous forme de contributions, de tribunes libres… Après validation de la rédaction, ces papiers pourront être publiés dans la revue papier ou sur le blog pour les plus longs. À envoyer à anne.judas@inra.fr

***********

Chers lecteurs du Courrier de l’Environnement,

Nous connaissons votre attachement au Courrier de l’Environnement dont le dernier numéro (66)  est paru il y a un an, en avril 2016. Entretemps, comme vous le savez peut-être, la MaR/S qui pilotait cette publication a cessé d’être. 

Ayant à cœur de continuer à faire vivre cette aventure éditoriale, l’Inra a souhaité que l’équipe de la Mission Agrobiosciences (www.agrobiosciences.org),  qui travaille depuis plus de quinze ans sur les controverses agriculture/ alimentation/environnement/société, repense ce fameux « irrégulomadaire », tout en restant fidèle à sa liberté de ton, à son esprit stimulant, à son envie de partager et de mettre en perspective les débats et les savoirs.

Au cours des mois écoulés, nous avons cherché à garder le meilleur du Courrier tout en apportant notre propre patte. Et parce que nous ne saurions reproduire tel quel ce qu’a fait pendant trente ans une équipe singulière, un nouveau titre reflète ce tournant : Sesame. Le nom d’une espèce végétale, bien sûr, mais aussi un mot de passe qui symbolise l’ouverture à tous les sujets et les lecteurs. L’acronyme, enfin, de  Sciences Et Société, Alimentation, Mondes agricoles et Environnement.

Objet toujours aussi atypique et peu académique, Sesame se met pleinement à l’heure du numérique,  pour limiter les coûts environnementaux et financiers de son impression et de sa diffusion postale, réservée aux relais de documentation, aux lieux institutionnels, aux associations et aux organisations syndicales. 

Vous étiez abonnés au Courrier de l’Environnement, nous proposons de faire de même pour Sesame et d’envoyer les deux numéros annuels  (mi avril et mi-novembre) à votre adresse électronique. Pour vous abonner comme vous  désabonner, il suffira de nous l’indiquer par mail, à l’adresse suivante : revuesesame@inra.fr 

Enfin, sachez que vous pouvez retrouver sur le blog, ici même, la revue Sesame à télécharger (Sesame.pdf), des articles scientifiques, des contributions diverses que chacun d’entre vous peut proposer (soumis à approbation avant publication), des notes de lecture et autres nourritures interactives…

Nous en sommes conscients, tout cela représente beaucoup de changements à la fois. Nous espérons toutefois que vous trouverez dans cette nouvelle formule matière à réfléchir, à sourire et à vous étonner. Et, qu’au fil du temps, Sesame vous deviendra tout aussi familier que l’était Le Courrier.

L’équipe de la Mission agrobiosciences-Inra. Juillet 2016.