Le succès public de Petit Paysan est réconfortant. Le film t..." /> Aimer les bêtes ou les paysans ? – SESAME

Bruits de fond

Published on 3 janvier 2018 |

0

Aimer les bêtes ou les paysans ?

Le succès public de Petit Paysan est réconfortant. Le film tourné par le jeune cinéaste Hubert Charuel dans la ferme de ses parents à Droyes (Haute-Marne) est à mille lieues des documentaires de Raymond Depardon sur un monde paysan qui se meurt. Pourtant, l’histoire de ce jeune éleveur laitier, qui refuse d’abattre son troupeau atteint par une maladie inventée pour le scénario, parvient à faire ressentir la réalité agricole contemporaine au plus grand nombre. Plus de 300 000 spectateurs ont vu ce tendre thriller bovin plus vrai que nature depuis sa sortie en salles, fin août.

Ce film sur un paysan attaché à ses bêtes, au point d’installer un veau sur le canapé de son salon, offre un contrepoint rafraîchissant à la grande fresque romanesque morbide que Jean-Baptiste Del Amo a consacré à une famille de paysans gersois, dans le village fictif de Puy-Larroque. En 400 pages d’une noirceur parfois insoutenable, le jeune écrivain toulousain décrit avec une précision sadique la transformation d’une ferme misérable du début du 20e siècle en exploitation porcine moderne. C’est gore comme une vidéo de l’association L214 dans un abattoir, mais avec des tournures précieuses. Du Proust qui se prendrait pour Céline (ou l’inverse). L’auteur raconte avoir eu l’idée de ce roman en visitant une porcherie « industrielle » avec son ami Tristan Garcia, un autre romancier et philosophe né à Toulouse, pour un projet de film. Jean-Baptiste Del Amo, qui vient de consacrer un nouveau livre à la gloire du combat de L124, assure être devenu militant du véganisme en rédigeant Règne Animal. Il y a en définitive plus d’humanité dans la scène du film de Charuel où l’éleveur se résout finalement à amener son veau aux vétérinaires venus euthanasier le troupeau, que dans l’incendie final de la porcherie du livre, vendu à 48 000 exemplaires mi-octobre.

Tags: , , , , ,




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑