Croiser le faire

Published on 23 mai 2017 |

0

[Autruches] Le rôle crucial des abattoirs (6/7)

Un feuilleton de Stéphane Thépot.

(Article précédent.)

Abattre une autruche, la dépecer et la découper selon les règles de l’art n’est pas une mince affaire. Quelques abattoirs multi-espèces ont obtenu un agrément à titre dérogatoire, mais la plupart des industriels du secteur ne veulent pas s’encombrer avec ce drôle de « bétail » qu’il faut plumer, au risque d’introduire des salmonelles sur la chaîne. Reste la solution de l’abattage à la ferme. Quelques éleveurs ont franchi le pas. Mais là encore, l’arbitraire administratif semble de mise. Daniel Frank, qui avait obtenu l’aval des autorités aveyronnaises pour construire un abattoir sur son exploitation à Bozouls, a été contraint de le fermer quatre ans plus tard par les mêmes fonctionnaires de la DSV. Dans le Var, l’administration a au contraire encouragé la construction d’un abattoir mutualisé pour tous les éleveurs de la région. Selon les confidences d’un éleveur, certains de ses collègues s’improviseraient eux-mêmes sacrificateurs de leurs animaux à la ferme, avant de transporter les dépouilles à l’abattoir le plus proche pour obtenir des papiers en règle.

(Suite.)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑