Les échos & les threads

Published on 21 mars 2019 |

9

[Le fil] La disparition des abeilles

Chaque semaine, le mercredi, un thread sur twitter pour faire un tour d’horizon d’une des questions d’actualité qui intéresse Sesame. Suivez-nous aussi sur twitter. @RevueSesame




9 Responses to [Le fil] La disparition des abeilles

  1. petitprez says:

    un bon inventaire, certes ;
    Il faudrait davantage insister sur la resource alimentaire dégradée, en lien avec la disparition des haies et talus dans les territoires agricoles ainsi que la tonte régulière et généralisée d’espaces de loisirs.
    fleurs = pollen = protéine = gelée royale = reine solide !!
    la pauvreté du spectre en acides aminés rend les reines fragiles.

    deuxième aspect, lié au précédent, la sélection :
    on assiste à une « holsteinisation » du cheptel apicole (en Vache Holstein, 5 milliions de Vaches engendrées par une poignée de taureaux ! (des apiculteurs sont se sont spécialisés en production de reines)
    la biodiversité des abeilles est menacée par les pratiques de certaines apiculteurs !

  2. Jean-François Odoux says:

    Bravo pour ce dossier, mais dommage d’avoir déroulé cet inventaire sans avoir évoqué l’une des raisons majeures de la question, à savoir la modèle économique qui dirige les espaces agricoles et qui aboutit a une productivité des cultures au-delà du raisonnable, nécessitant l’usage exagéré d’intrants dans des monocultures anéantissant la nature. Les premiers responsables? Les consommateurs de cette alimentation bon marché mondialisée sans lesquels il n’y auraient pas besoin de pesticides, sans lesquels on conserverait les espaces naturels et les haies, et sans lesquels les agriculteurs bénéficieraient de prix de vente acceptables. Les insecticides ne sont que le dessus d’un iceberg qui met en danger le fonctionnement des écosystèmes. Il faudra un jour désigner les consommateurs comme les véritables complices de la désertification rurale dont les abeilles font les frais par la disparition et la pollution des ressources florales. Mangeons mieux et faisons la cuisine nous-mêmes serait déjà un premier pas pour rendre la vie à la nature et retrouver un sens à notre Humanité. « Sans Nature, pas de Culture ».

    • yann says:

      Merci Jean-François pour cette précision. Le problème que vous soulevez dépasse en effet largement le cadre des abeilles et c’est une piste pour un prochain Thread ! Yann

  3. miron says:

    Contenu creux, qualité rédactionnelle médiocre, je ne comprends pas ce que ce genre d’article vient faire sur le site de Sésame. Si la recherche se met à produire des contenus d’aussi mauvaise qualité que ce que font les journalistes, alors la science est tombée bien bas.

    • yann says:

      Aidez-nous à faire mieux alors ? Les threads que nous produisons pour twitter ne se réclament pas de la recherche, et la revue Sesame n’est pas que de la recherche non plus. Que proposez-vous ? Yann

      • miron says:

        –> une synthèse documentée plutôt que des phrases à l’emporte pièce qui, finalement, n’apprennent rien au lecteur qui consulte ce site.
        –> une mise en perspective des connaissances et des points de vue plutôt qu’une agrégation de contenus hétéroclites
        –> un choix des sources basé sur une démarche rigoureuse plutôt qu’une agrégation d’articles journalistiques dont le contenu est déjà plus que réducteur et douteux
        –> une hiérarchie des informations plutôt que de tout mettre au même niveau.

        • yann says:

          Si vous n’avez rien appris, j’en suis désolé, vous connaissez probablement le sujet par cœur. J’ose espérer que les autres productions aiguisent votre curiosité. Nous n’avons pas la prétention, pour ce type de contenus en particulier, à l’exhaustivité, elles sont plus conçues comme des portes ouvertes pour des béotiens vers des questionnements qui ne sont pas forcément naturels.

  4. 1011art says:

    Petite participation à votre réflexion : plasticienne je débute une nouvelle série sur le thème des abeilles. Une série de dessins au crayon de couleur évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir :
    https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html
    Cette série sera présentée dans le cadre des Rencontres Philosophiques d’Uriage en octobre 2019 répondant à la question « L’art peut il changer le monde ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑