Les échos & les threads

Published on 10 janvier 2020 |

0

Les échos #1-2020

Et bonne année, c’est l’année internationale de la santé des plantes. Suivez le bug

L’hiver c’est la saison de la truffe. Et bien saviez-vous qu’un vendeur de truffe catalan a rompu avec la tradition des marchés (plein de mystères) aux truffes et vend maintenant sa production directement aux consommateurs ? Une vraie « disruption » ! De son côté, Tyson Foods va rejoindre la table ronde (round table) sur le soja durable pour l’alimentation des volailles. On attendra aussi cette année les résultats de l’étude sur l’efficacité des fermes verticales et on peut sourire de cette histoire de calèche, prévue pour faire du ramassage scolaire « à basse émission de carbone » mais vivement combattue par les défenseurs des animaux.


Les cochons, eux, font toujours face à la peste, qui continue de s’étendre en Asie et est officiellement présente en Indonésie, alors qu’un cas hautement pathogène d’influenza aviaire a été détecté en Pologne, pays où la peste porcine est également présente. Rien à voir mais pas inintéressant, l’industriel espagnol Campofrio s’est attaqué aux fake news avec une campagne de publicité et un site dédié durant les fêtes de fin d’année, ça vaut le détour (et pas seulement pour les hispanophones). Mintel s’est intéressé aux grandes tendances de l’alimentation auxquelles il faut s’attendre pour cette nouvelle décennie, entre consommer moins mais mieux, Stevia, hyperindividualisation, ingrédients synthétiques et nouvelle révolution agricole… De quoi apporter de l’eau au moulin de Georges Monbiot qui annonce que la nourriture de synthèse va éradiquer l’agriculture de la surface de la planète et, par conséquent, la sauver, ni plus ni moins. On lui parle du stockage du carbone par les activités agricoles ? Et on s’inscrit aux Controverses européennes à Bergerac ?

Qu’a-t-on appris aussi pendant les fêtes ? Que l’agriculture bio n’est pas encore à la veille de son grand soir en Europe, concurrencée qu’elle est, et sera de plus en plus, par une agriculture conventionnelle largement encadrée par les réglementations environnementales. Le rapport complet est là (pas encore lu). Les Échos ont d’ailleurs dressé la liste des cinq freins au développement de l’agriculture bio. D’ailleurs vous avez remarqué que les tomates bio françaises avaient disparu des étals ? Et qu’aux États-Unis, les amateurs de vins nature se désolent que ce segment ait été corrompu par des opportunistes !

La trêve des confiseurs aura aussi été l’occasion pour le gouvernement de publier le décret et les arrêtés qui fixent les modalités d’application des zones sans traitement à proximité des habitations. C’est peu de dire que personne n’est content de ces textes. Certains font déjà les comptes des surfaces qui échapperaient ainsi à la production, d’autres listent les questions qui restent sans réponse (foncier, fermages, aides PAC…), l’Alsace et surtout la Champagne étant a priori les deux vignobles les plus concernés


On ne sait pas vous, mais il y en a un en tout cas qui n’a pas dû passer de très bonnes fêtes, c’est Timothy Litzenburg. Son nom ne vous dit rien ? C’est l’avocat qui a fait condamner Monsanto dans le premier procès du Round Up, celui de Dewayne Johnson. Il a été arrêté et est poursuivi par la justice américaine pour avoir tenté d’extorquer 200 M$, « un bon prix », à un des fournisseurs de Monsanto en le menaçant de poursuites judiciaires. Il a été présenté au tribunal au début de cette semaine.  Puisqu’on parle de glyphosate, sachez qu’il a été interdit au Togo avant Noël. Il ne vous aura pas échappé non plus la sortie cette semaine de la dernière évaluation du plan écophyto portant sur la période 2017-2018. Dans le contexte de grande susceptibilité de la population sur le sujet, difficile que ça passe inaperçu… À chacun sa lecture du document. La presse, Le Monde en tête, crie à l’augmentation de 25 % de l’utilisation des produits phytos, sans préciser le contexte, ni la tendance (#cherry picking), d’autres journalistes, Géraldine Woessner en tête, se sont attachés aux chiffres contenus dans le document pour dresser un bilan bien plus nuancé. 

Sur twitter, ChristopheB, agriculteur et serial threader, amène de nombreux éléments de contexte complémentaires, notamment comment le NODU évolue en fonction de la législation et comment cela fausse les chiffres. Et chacun de débunker l’autre, c’est interminable.

Retenez toutefois parmi les informations délivrées dans le document qu’on assiste à une légère dégradation de la qualité de l’eau potable, en 2018, 90,6 % des points de prélèvements respectaient les limites réglementaires contre 92,5 en 2017 (page 17), que les indices de fréquences de traitement des fermes du réseau Dephy (en pointe sur ce sujet) sont en réduction sensible (page 30). Sachez aussi que la quantité de substances actives (QSA) vendues a atteint 85 876 tonnes, soit une augmentation de 21 % par rapport à 2017, que le soufre est la principale substance vendue, devant le glyphosate. Le rapport précise d’ailleurs qu’« une partie de l’augmentation de la QSA totale s’explique donc par l’augmentation des surfaces agricoles en agriculture biologique. »


La bio représente aujourd’hui 25 % des quantités de substances actives consommées. Deux autres facteurs peuvent venir expliquer cette augmentation, le contexte climatique (présence importante de mildiou dans toute la France) et l’anticipation par les agriculteurs de l’application de la taxe sur les pollutions diffuses qui s’applique depuis le 1er janvier 2019. Vous avez le week-end pour y réfléchir, je relève les copies lundi à 8 heures ! 

Tags: , , , , ,




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑