Les échos de Sesame

Published on 23 mars 2018 |

0

Les échos #11-2018

Halte au feu !

Le salon de l’agriculture passé, on pouvait espérer un peu de relâchement dans les grandes tensions qui nous occupent. Peine perdue !

C’est toujours compliqué dans les négociations commerciales nous rappelle La France agricole. Avec des distributeurs intransigeants pour leur dernière négo façon « ancien monde » et avant l’entrée en vigueur des dispositions issues des États généraux.

Du côté de la bagarre qui oppose mangeurs de viandes et fan de salades, l’heure n’est pas non plus à la trêve. Et c’est Libé qui s’est chargé de remettre de l’huile (de friture) sur un feu déjà vif. Dans un premier temps, le journal a publié une tribune à plusieurs mains (Paul Aries, Jocelyne Porcher et Frédéric Denhez) argumentant combien l’idéologie vegan était, au final, doctement stupide et qu’elle s’appuyait sur des arguments fallacieux. Cette tribune a valu aux auteurs une réponse rapide de l’association L214, qui semble moins bien étayée. À vous de juger.
Clin d’œil ou ironie ? La même semaine, le même journal publiait un plaidoyer pour le Jambon-Beurre. De quoi nous ramèner direct à la question du repas ! L’observatoire du snacking, si si, créé par la multinationale Mondelez, nous apprend que si le grignotage gagne du terrain en France, il est encore loin de détrôner la table dont nous avons vu la semaine passée que nous y consacrions plus de deux heures quotidiennement.
Êtes-vous un Appetizer ? Un Hurry eater ? Un Big Snacker ?

Réponse au bout de ce lien (anglais).

21 milliards de dollars

Une autre multinationale a les honneurs de l’actualité. On sait depuis longtemps combien l’agriculture est un outil politique, au sens plein du terme, mais combien elle est aussi un outil de puissance économique. Au delà des BigFour (Les échos de la semaine dernière) le principal syndicat agricole italien, Coldireti, a annoncé avoir calculé que la Mafia italienne avait engrangé un chiffre d’affaires « agricole » de plus de 21 milliards de dollars en 2017, en progression de 30 % par rapport à 2016. Le rapport rédigé par le syndicat, et rendu public à l’occasion de la journée d’hommage aux victimes de la Mafia, montre que l’agriculture est devenue une priorité pour les organisations mafieuses qui opèrent dans tous les secteurs, de l’horticulture aux fruits et légumes en passant par la distribution et la logistique. Ce que le syndicat appelle, tout naturellement l’Agromafia (lien en italien).

Enfin, le printemps arrivant (si si ! c’est marqué sur la calendrier), il sera bientôt l’heure de remettre les jardins en ordre de marche. Et de choper des ampoules ! Donc si le jardinage vous est une corvée, que vous cherchez un prétexte pour ne pas vous y mettre (#team #proscratination) ou si vous ne pouvez pas y échapper, pour laisser à vos mains le temps de cicactriser, vous pourrez écouter la conférence de Didier Panfili sur le travail de la terre au Moyen Âge.

Bon week-end !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑