Les échos & les threads

Published on 12 avril 2019 |

1

Les Échos #14-2019

Par Yann Kerveno

Va-t-il falloir finir par ouvrir une rubrique faits divers dans les Échos de Sesame ? Un agriculteur bio provençal a été agressé récemment par un de ses voisins alors qu’il pulvérisait du cuivre sur ses oliviers. C’est la deuxième agression recensée cette année d’un agriculteur dans l’exercice de son métier. Voilà qui pose question tant le sujet des pesticides clive aujourd’hui la société.

Entre l’apposition d’un panneau injurieux dans les champs « ici, on cultive votre cancer », les appels à dénoncer et géolocaliser les parcelles traitées au glyphosate et les agressions physiques, le climat est de plus en plus délétère. Voilà qui ne semble pas choquer le mouvement des coquelicots qui appelle, ni plus ni moins, à « cogner » sur les empoisonneurs au cours d’une manif le mois prochain…

En attendant, ils invitent également leurs sympathisants à aller semer des coquelicots où ils peuvent, fournissent le tuto pour faire des bombes à graines, indiquent où se procurer des graines, « bien de chez nous », quand même. Mais il n’y a pas que chez nous que le débat existe. Le Vietnam vient d’interdire l’emploi du glyphosate, en Afrique du Sud, où le maïs OGM est entré sans autorisation, les débats sont aussi virulents et aux États-Unis, c’est Sonnie Perdue lui même qui est monté au créneau pour défendre la molécule. Aux États-Unis toujours, dans le Wall Street Journal, Arthur W. Lambert revient sur les jugements rendus aux États-Unis condamnant Monsanto pour des cancers causés par le glyphosate.

Il rappelle dans cette longue réflexion que les causes du cancer sont multifactorielles et qu’il est extrêmement osé d’affirmer qu’il aurait pour cause telle ou telle substance. En attendant, l’Égypte vient de refuser un chargement de 63 000 tonnes de blé français convoyé par bateau, parce qu’il contenait 0,1 % d’ergots de blé contre une norme à 0,05 %. En 2017, l’Égypte avait déjà refoulé un bateau chargé de blé français parce qu’il contenait des graines de coquelicots.

Oh wait !

On est peut-être en train de voir émerger une des problématiques sanitaires majeures de ces prochaines années ? Genre des trucs dont on avait réussi à se débarrasser ? Le préfet nommé pour trouver des solutions pour faire baisser l’emploi des pesticides a du pain sur la planche !

Allez, pour faire râler un peu plus les grincheux, on rappellera quand même que la sécurité alimentaire a énormément progressé et que les expositions aux substances nocives pour la santé ont été considérablement réduites. D’ailleurs, les services de l’État veillent… En 2016, ils ont contrôlé plus de 5200 échantillons et trouvé un taux de non conformité de 2,1 %. Mais ce qui frappe dans ce dossier, c’est bien l’absence de la raison. Au final, que ce sujet excite les passions se conçoit, mais on peut aussi se demander si la violence des argumentaires ne repose pas sur une lacune de la culture française  : l’analyse coût bénéfice, pas assez pratiquée dans nos contrées comme l’explique Nicolas Treich.

En tout cas, pour expérimenter cette analyse chez soi, on peut jeter un œil à cette infographie dénichée par VisualCapitalist . Elle tente de nous donner à voir, par nombre de vies sauvées, l’impact des engrais, de la vaccination, de l’invention des toilettes ou de la voiture autonome… À peine provoquant dans un éditorial de European Scientist, Jean-Pierre Oury se demande s’il ne serait pas possible de transformer les revendications des ONG en technologies d’avant-garde… Pari osé, il y parle notamment du Golden Rice sur lequel nous reviendrons plus tard.

L’agriculture, c’est aussi une question de territoire, naturellement. Le Monde s’inquiète du renouvellement des agriculteurs : un tiers d’entre eux vont faire valoir leur droits à la retraite d’ici trois ans et la question de l’installation est toujours aussi problématique. Certaines zones qui viennent de sortir du dispositif « zones défavorisées », dont les décrets sont enfin sortis fin mars, vont probablement payer un tribut encore plus lourd à ce renouvellement.

Puisque nous avons parlé de gaspillage dans le thread de cette semaine, l’État vient de taper du poing sur la table contre quelques enseignes de la restauration qui ne sont pas dans les clous de la loi en vigueur depuis deux ans pour le tri de leur déchets. Tiens, en parlant d’enseignes, Olivier Dauvers continue de scruter la grande distribution et met le doigt là où ça pique : les promos post-Egalim. Le Parisien s’est enquis du déroulement des négociations commerciales 2019. Et là aussi ça pique.

Sinon, voici le lait de foin qui débarque en France après avoir conquis une partie de la production laitière autrichienne. En Nouvelle-Zélande, la première winery maori vient de fêter ses 20 ans mais aborde son activité avec sa propre culture, et un business-plan portant sur 500 ans… Enfin, pour la beauté de la science vous apprendrez ici comment la pluie dissémine les agents pathogènes dans les cultures.




One Response to Les Échos #14-2019

  1. j-marie bouquery says:

    Oui, cousin François. Nos soeurs ont fui le mariage à la terre et nos neveux n’ont pas envie d’y retourner, nous avons largement contribué à la hausse de l’immobilier.
    Sympa le coquelicot, cousin du pavot; pourquoi seulement autoriser le chanvre au peuple ? Chacun son triangle d’or, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑