Les échos & les threads

Published on 17 mai 2019 |

1

Les échos #18-2019

Par Yann Kerveno

N’en déplaise aux ultralibéraux, la capacité du marché à faire mieux que les règlements humains est battue en brèche par un papier publié dans European Review of Agricultural Economics (et chroniqué par la veille du centre de prospective du ministère de l’Agriculture). Ainsi, l’étude qui a porté sur les échanges internationaux et leur capacité à réguler les évolutions de production et la volatilité des prix conclut que : « la capacité des importations (exportations) à compenser les baisses (hausses) de production d’un pays reste limitée. Des stratégies d’adaptation complémentaires, telles que le stockage ou le développement d’aliments de substitution, demeurent donc indispensables pour atténuer les effets de la volatilité de la production et des prix.» Le papier est là.


Marché mondial toujours, alors que la récolte de blé s’annonce record cette année, les Australiens se font du souci, avec raison. Pour la première fois depuis dix ans, ils vont devoir importer la céréale à cause de la déroute de leurs propres cultures, moins 90 % dans certaines zones, provoquée par l’intense sécheresse que l’île subit depuis deux ans. En Afrique sub-saharienne, la FAO nous apprend que les importations alimentaires vont atteindre 47,8 milliards de dollars, soit 3,8 % de plus que l’an passé. L’interprofession bovine française s’est émue de son côté des traités de libre échange qui permettent l’importation de viande venues d’horizons lointains quand le message de réduction de la consommation de produits carnés tourne en boucle dans nos contrées.

Dans notre série GoG (Game of Glypho) que de rebondissements encore en quelques jours ! D’un côté, un sénateur un peu bavard et probablement irrité par tout le foin (les allergies, c’est de saison !) fait autour de ce dossier lâche dans La Dépêche du Midi que le glyphosate, au final, est moins dangereux qu’une tranche de saucisson. Il faisait référence à un rapport de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) auquel il a pris part sur l’évaluation du travail des agences de sécurité sanitaire. Enquête qui n’était donc pas à proprement parler une étude sur le glyphosate, même si ce cas fait (astucieusement ?) partie parmi d’autres des exemples étudiés pour évaluer les agences. Il aura fallu une mise au point du vice-prédisent de l’office, Cedric Villani, pour expliquer que le glyphosate n’était pas l’objet du rapport. Bon, il est quand même question du glyphosate dans la synthèse ; on y lira une éclairante explication, pour qui n’est pas au fait du dossier, de la différence d’appréciations entre le CIRC, le Centre international de recherche sur le cancer, qui a donné le glyphosate comme probablement cancérogène, et toutes les autres agences sanitaires mondiales qui ont conclu le contraire. On y trouve aussi bien sûr les recommandations de la commission laquelle qui demande, en résumé, plus de moyens, plus de transparence, plus de pédagogie. Sylvestre Huet en donne une lecture précise sur son blog. S’il pleut chez vous ce week-end, le rapport complet (208 pages) est là.


Dans l’Opinion, Emmanuelle Ducros revient sur ce dossier hystérique à la lueur de la dernière condamnation prononcée aux États-Unis tandis que Stéphane Cordeau (Inra, qui parle aussi dans le dernier Sesame à propos de la conservation des sols) appuie lui sur l’agriculture de conservation et l’intérêt (pas intuitif visiblement pour une partie de l’opinion publique) de conserver le glyphosate au moins le temps de trouver une solution de gestion des adventices sans chimie. Dans ce dossier toujours, suite à la révélation des listes élaborées par l’agence de relations publiques de Monsanto, de nombreuses personnalités fichées ont porté plainte, c’est le cas des institutions également comme l’Inra et le CNRS. Un avocat, Erwan Le Morhedec, s’est saisi de la question et s’est demandé si les plaintes déposées avaient une chance d’aboutir un jour à une condamnation en l’état actuel du droit. Et rien ne semble moins évident. Par contre on n’a pas encore vu de pétition pour que soit réécrite la dernière saison du feuilleton !

Si l’on parle beaucoup des pesticides, Sciences et Avenir met les pieds dans le plat du cuivre dont les doses réglementaires ont été réduites, viendra aussi probablement un jour la question des fertilisants. Or cette infographie montre le chemin parcouru en 40 ans en Europe. Rendements doublés et fertilisation en baisse, revenue aux niveaux de… 1966.


Question fertilisation, On parle aussi beaucoup de remettre des animaux dans les itinéraires pour participer à la restauration des taux de matière organique des sols. Et si le lisier était la solution ?

©ScienceMag.org

Si vous en cherchez en tout cas, voilà une carte mondiale des gisements sous-exploités et le magazine Science nous explique que c’est peut-être la solution pour sauver l’agriculture, telle que nous la connaissons

Cette semaine aussi L214 a décerné une médaille au fabriquant de pâté Hénaff pour ses décisions en matière de bien-être animal. Est-ce un signal faible d’un changement de stratégie de l’association qui jusqu’ici militait plutôt fermement contre toute forme d’élevage ? À noter également ce colloque à Paris, « L’industrie de la viande sur le gril », dans le cadre de la Fabrique de l’aliment ainsi que cette journée d’étude, également dans les jours qui viennent à Paris  « La condition animale : stratégies discursives et représentations. » France Culture a ajouté sa pièce au débat cette semaine avec quatre documentaires forts intéressants, depuis l’expérience végétarienne en passant par l’image du sang des bêtes, l’école des bouchers et la genèse d’un steak. À podcaster pour écouter en croquant du saucisson ou du tofu. Ce tofu que les loups n’ont pas encore découvert bien que Sesame y ait consacré un fil cette semaine, c’était sur twitter.

Voilà le temps du week-end qui s’avance, pour ceux qui ne travaillent pas le samedi et/ou le dimanche. Le moment où l’on peut se réfugier chez soi et prendre soin de son microbiote en mitonnant de bon petits plats, végétariens ou non. Mais en fait, êtes-vous sûrs que votre cuisine n’est pas en fait un enfer toxique


Tags: , , , , ,




One Response to Les échos #18-2019

  1. A.G says:

    « L214 (…) association qui jusqu’ici militait plutôt fermement contre toute forme d’élevage ».
    L214 n’est pas sur une ligne de rupture, l’association fait justement l’objet de vives critiques de la part d’autres associations/groupes/mouvements ayant une position bcp plus « radicale »…
    Exemple de 2012 : « La SPA et L214 demandent aux enseignes de la grande distribution
    de cesser de vendre des oeufs de batterie »
    « La SPA et L214 demandent aux enseignes de la grande distribution française de prendre leurs responsabilités en matière de protection des animaux d’élevage et de renoncer à vendre des œufs de batterie, afin d’améliorer réellement les conditions d’élevage en France. » la demande n’est pas de cesser de vendre des oeufs mais des oeufs de batterie… (https://www.l214.com/poules_pondeuses_2012).
    Plusieurs exemples anciens sont visibles dans leurs communiqués ici : https://www.l214.com/presse/communiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑