Les échos & les threads

Published on 17 janvier 2020 |

0

Les échos #2-2020

par Yann Kerveno

Egalim, le retour. Eh oui, la loi qui devait moraliser les relations entre les distributeurs et leurs fournisseurs, en rééquilibrant les forces, revient devant les parlementaires. Un genre de contrôle technique après une première année qui n’a pas porté les fruits attendus. Les sénateurs ont donc voté trois aménagements destinés à corriger des effets pervers survenus au cours de la première année, notamment sur l’encadrement des promotions qui ont fait reculer très sensiblement les ventes de certains produits, foie gras et champagne en tête. On y trouve aussi la proposition des sénateurs de casser une ordonnance prise par le gouvernement qui « assimile la relation entre la coopérative et le producteur (…) à une relation commerciale privée. » Fin 2019, une grande partie des bilans tirés de ce premier exercice de la loi avaient été assez sévère avec le dispositif, en notant en particulier que le« transfert de marge n’a pas profité au producteur agricole. » Pendant ce temps, c’est au tour d’Auchan d’annoncer de nouvelles coupes dans ses effectifs et l’on se demande si les hypermarchés parviendront à se régénérer un jour ? Autre épée de Damoclès, la taxe à 100 % voulue par Trump sur les vins français. La filière locale (les revendeurs) a mobilisé ses clients arguant de la destruction de nombreux emplois si ce projet était mené à terme. Et il n’est pas inintéressant de plonger dans les minutes des auditions menées par l’administration américaine pour instruire ce dossier.

Dans le caddie des polémiques de la semaine, regardons les promos ! Sur les ZNT, la Coordination rurale continue de refuser le dispositif, et même un moratoire. La FNSEA, de son côté, menace que les agriculteurs cessent d’épandre les boues issues de stations d’épuration sur leurs terres. En Suisse, la présence en nombre des sangliers inquiète et suscite débat. Dans les Landes, France Bleu a mené l’enquête après que des agriculteurs se soient faits tester pour le glyphosate et en a profité pour interroger le toxicologue Jean-François Narbonne. Restons dans le Sud-Ouest, avec la venue d’Emmanuel Macron au pied des Pyrénées. Il a promis aux associations anti-ours qu’il n’y aurait pas de nouvelles introductions dans le massif et que les modalités de suivi seraient aménagées. Une position contestée par les pro-ours qui semblent déterminés à attaquer ces décisions.

Il ne vous aura pas échappé qu’il pleut enfin en Australie, voilà qui devrait permettre de faire reculer un peu la pression des incendies sur le pays, et permettre à tout le monde de respirer. L’eau, source de toutes les préoccupations, quand il en manque ça ne va pas, quand il n’y en pas, ça ne va pas non plus ! C’est même un sujet critique dans l’Est de l’Afrique, mais une solution pourrait être trouvée pour la mise en eau du barrage de la Renaissance, prévu pour stocker 74 millions de mètres cubes d’eau sur le Nil et produire de l’électricité pour l’Éthiopie. Le Maroc, de son côté, va engager un vaste plan d’investissement pour sécuriser ses approvisionnements en eau. L’Afrique de l’Est est aussi aux prises une nouvelle fois avec les criquets. Autres latitudes, autres ambitions, la Russie ne cache plus son appétit pour l’industrie agroalimentaire. Pendant que les grands groupes russe de production de viande visent le Moyen-Orient, c’est dans la bio que le pays compte percer. Avec pour objectif de convertir 30 millions d’hectares (contre 2 millions en conversion ou convertis en France), nous explique Terre-Net. La méthode scientifique, sur France Culture, s’est demandé si l’avenir de l’agriculture n’était pas, au final, ailleurs que dans le sol et les hectares…

Un peu de lecture pour ce week-end ? Voici une étude instructive sur notre rapport au monde naturel et l’empathie dont nous sommes capables vis-à-vis des animaux, étude qui montre que cette capacité varie en fonction de l’éloignement entre nous et les espèces concernées. Sinon, vous pourrez plonger dans la base de données mondiale de santé des sols. Enfin, le truc de la semaine, c’est la patate connectée.

Tags: , , , ,




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑