N’en jetez plus ! La semaine aura été intense dans l’actualit..." /> Les échos #21-2018 – SESAME

Les échos de Sesame

Published on 1 juin 2018 |

0

Les échos #21-2018

N’en jetez plus ! La semaine aura été intense dans l’actualité des choses agricoles ! Il y a d’abord, cela ne vous aura pas échappé, le vote par les députés de la loi issue des États généraux de l’alimentation.

Un casse-tête pour les observateurs tant c’est parti dans tous les sens, et plus encore pour les arbitres chargés de compter les points entre les différents partis. D’un côté il y avait les défenseurs du glyphosate [pour ceux qui ont manqué les épisodes précédents Le Monde fournit un résumé éclairant], de l’autre ceux des caméras dans les abattoirs, un peu plus loin ceux du juste prix des produits agricoles, encore plus loin ceux de la juste marge des intermédiaires, ceux des pubs, encore un peu plus loin ceux qui s’inquiètent de savoir qui va payer pour les mesures, les opposants aux bouteilles d’eau, ceux qui défendent le « doggy bag », ceux qui se demandent comment on va bien pouvoir indiquer sur les emballages le nombre de traitements phytos reçus par les fruits et légumes… Bref, avant que le texte soit transmis aux sénateurs, on a vraiment l’impression que personne n’est content, en même temps ! Heureusement, Le Monde a consigné par écrit cette liste de décisions qui ressemble à un catalogue à la Prévert, ou à un palmarès du concours Lépine, mais aussi, c’est l’Express qui s’y colle, les couacs entre membres de la majorité. On y voir un peu plus clair (peut-être).

Mais finalement, on ne saura toujours pas s’il faut dire chocolatine ou pain au chocolat, quel gâchis !

Les députés européens sont également pour le moins chafouins à l’heure où se discute l’avenir de la Politique agricole commune et la baisse annoncée, très importante, des financements alloués. C’est le cas des deux députés français les plus en vue sur ces questions, Michel Dantin et Éric Andrieu qui demandent tous deux des explications à la fois à la Commission européenne et au gouvernement français.

En attendant, les anglais ont sorti la tête du Brexit pour découvrir les réalités de l’élevage moderne et les « 1000 cows farms. » Le Guardian a même lancé en février dernier un appel à témoignage pour documenter le sujet. Aux USA, pays du Feedlot par excellence, le géant Cargill planche sur les moyens de rendre la filière bovine plus économe en eau, pendant qu’en France, un apiculteur gagne le grand prix du concours Lépine pour avoir mis au point un piège qui ne capture que les frelons asiatiques, responsables de nombreux dégâts dans les ruches.

Et si vous ne savez pas quoi lire cette semaine, plongez-vous dans le très drôle et imposant dernier ouvrage d’Éric Chevillard, L’autofictif ultraconfidentiel (1 200 pages, éditions de l’Arbre vengeur, 29 euros). Avec sa plume souvent drôle il croque sa vie et celle des autres à raison de trois petits textes par jour. Le 21 février 2011 il écrivit ainsi : « C’est la grande mode, chaque semaine, l’abonné reçoit son panier fraîcheur ou panier bio garni de légumes de saison, en fonction aussi de la production locale. Pour la première fois depuis l’origine de l’agriculture, le paysan parvient à écouler ses céleris. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑