Les échos & les threads

Published on 20 septembre 2019 |

0

Les échos #27-2019

par Yann Kerveno

Puisque les vendanges battent leur plein, regardons voulez-vous du côté de la vigne. En Californie, l’association des vignerons de Sonoma (1800 membres) vient d’annoncer que 99 % de ses vignobles sont aujourd’hui certifiés durables et veut maintenant lancer un programme pilote d’adaptation au changement climatique. La vigne est d’ailleurs certainement le secteur de l’agriculture qui se penche depuis le plus longtemps sur cette question.

Avec plusieurs types de réponses : l’irrigation (qui ne sera pas suffisante), les cépages autochtones méditerranéens étudiés un peu partout autour de la grande bleue ou encore les cépages résistants à la sécheresse. Il faudra aussi, pour parer les coups de chaleurs intenses, faire évoluer les tailles, la gestion des feuilles… Mais la solution passera aussi peut-être par le génie génétique ? Les chercheurs de l’université américaine du Queensland viennent de séquencer le génome de Xerophyta viscosa.

La clé ?

Une plante capable de « résurrection » après 25 jours passés sans eau… Avec le changement climatique, les maladies se promènent aussi hors de leur berceau, on l’a vu dans un thread avant l’été vous vous souvenez ? C’est le cas de Xylella fastidiosa dont la présence inquiétante pour les oliviers, mais pas que, a été confirmée sur la côte d’Azur tout récemment. Mais les chercheurs américains ont peut-être trouvé un début de parade dans une peptide du raisin. Au moins pour traiter la maladie de Pierce que provoque Xylella sur le genre Vitis.

Si les progrès techniques rapprochent, chaque jour un peu plus, la viande cultivée de nos assiettes (quant à savoir si elle sera adoptée par les consommateurs, c’est une autre question), il faut lui trouver un nom qui aide justement le consommateur à s’en saisir. C’est du #marketing. Une recherche menée par le cabinet Mattson avec le Good Food Institute tend à montrer que c’est le terme « cultivated meat » qui semble le plus acceptable par le consommateur quand « lab-grown meat », bref, « viande de labo » est le cauchemar des marketeurs… Et en français, ça donne quoi ? Puisqu’on parle bidoche, ça chauffe aussi aux États-Unis alors qu’un projet de l’administration envisage de laisser la bride sur le cou aux abattoirs pour définit les cadences de travail… #mortel.

De l’autre côté du spectre, les vegan ne sentent plus autant protégés par leur mode d’alimentation, une étude venant de montrer qu’ils semblent présenter un risque d’accident vasculaire cérébral (de crise cardiaque) supérieur aux mangeurs de viande (même si ceux si sont plus sensibles aux maladies coronariennes, faut ce qu’il faut !). Les végétariens pour leur part sont un peu excédés, on les comprend, par les insinuations dont ils sont destinataires tant on les moque. Mais chez tous les mangeurs, la propension à éviter des aliments qui seraient OGM augmente sensiblement.En tout cas, évitez les chips, vous pourriez y laisser, sinon un bras, au moins les yeux et les oreilles !

Ah oui aussi, vous avez vu ça ? Une médaille pour la France, ça dénote dans le contexte actuel non ?

Ce n’est pas une surprise, mais le sort du #glyphosate semble bel et bien décidé. Cette séquence de démocratie (nouvelle/ahurissante/étonnante – rayez la mention inutile) autour de la question des pesticides se poursuit toutefois avec des villes sans agriculteurs qui prennent des arrêtés anti-pesticides tandis que d’autres traitent les espaces urbains contre les moustiques avec des… insecticides. Et jusqu’à cet apiculteur du sud de la France qui a, selon Nice Matin, trouvé le remède miracle pour tuer les frelons asiatiques à base d’un mélange de lait et de produit anti-puces. De quoi provoquer une vague d’ironie désabusée sur twitter où l’on a fait remarquer que les anti-puces sont des… néonicotinoïdes, et que certains de ces produits sont interdits en agriculture depuis 2004…

Sinon il y a aussi les fameuses Zones sans traitement (ZNT dans le jargon). La consultation publique lancée par le gouvernement aurait déjà reçu 25 000 contributions et le travail est intense autour des chartes départementales qui prévaudront localement. On peut d’ailleurs, pour savoir de « quoiquoncause » parcourir le #thread passionnant de Thibault Fiolet sur la question.

Et qui se frotte les mains pendant ce temps ? Datura et sa copine Ambroisie dont on nous annonce à demi-mot qu’elles deviennent, enfin, surtout Datura, une menace pour la sécurité alimentaire. De quoi renforcer le point de vue de Denis Beauchamp, président de l’association FrAgriTwittos.

On peut aussi se réjouir, le carpocapse est définitivement à poil. Ou pas quand on sait que les touristes ont laissé la place aux punaises. Aux États-Unis, une plante en danger dans son milieu originel a trouvé un nouvel espace à coloniser pour se sauver, au détriment des espèces locales.


Sachez enfin que si vous devez investir cet automne, pensez au miel, la récolte en France est en net recul. Ou sinon, faites l’acquisition de fusil à air comprimé. Ils servent aujourd’hui aux États-Unis comme complément de revenus des producteurs de maïs… Le Wall Street journal vous explique pourquoi #teaser. Vous n’en reviendrez pas ! 

(Correction 15:47 : Stroke n’est pas un accident cardiaque, mais un accident vasculaire cérébral. L’auteur bat sa couple à 180 pulsations/minute)

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑