Les échos de Sesame

Published on 26 janvier 2018 |

0

Les échos #3-2018

Nous avons consacré le blog cette semaine à la vigne et à l’avenir du végétal « vigne » autour du renouveau des cépages anciens et de l’arrivée des cépages résistants. C’est d’ailleurs en début d’année que quatre nouveaux cépages résistants, issus du programme Resdur, ont été inscrits au catalogue officiel. De son côté, une étude américaine rapportée par Sciences et Avenir relève que le principal risque d’une viticulture confrontée au changement climatique est, peut-être, l’absence de diversité dans les vignobles du monde entier. Sachant que l’essentiel de la production mondiale s’appuie sur… douze cépages, qui ne sont pas non plus les plus costauds ! Étude complète (payant).

Assurances agricoles.

S’il est un sujet qui fait polémique, c’est celui de l’assurance des productions agricoles. Alors que la question des dispositifs d’assurance sera au cœur des négociations pour la nouvelle Politique agricole commune, une étude menée aux USA semble montrer que soutenir financièrement la souscription de polices d’assurance est au final à la fois coûteux et inefficace. C’est le centre de veille du ministère de l’Agriculture qui relève cette info. Les études montrent qu’un système de garanties sur les prix ou une partie du chiffre d’affaires serait plus adapté à ce type de production. L’actualité nous donne en tout cas chaque jour de nouveaux exemples de détresse liée à ces calamités, comme le gel ou la sécheresse qui ont frappé en 2017, notamment dans les vignobles français. Bien que depuis l’automne l’UE ait révisé, par le biais de son « règlement omnibus », une partie des modalités d’accès aux garanties.

El Cid y el lobo

Mais revenons à nos moutons. Ou à notre loup, plutôt, qui restera, à n’en pas douter, une valeur sûre des Échos de Sesame ! Il s’en parle beaucoup ces jours-ci chez nos voisins espagnols où les images d’un loup écrasé sur la route font grande polémique. De loup il est aussi question en Catalogne (sans lien avec le contexte politique actuel) puisque la présence permanente du loup semble actée comme le raconte El Periodico, le long de la frontière avec la France et l’Andorre. Enfin, plus au sud, les syndicats agricoles andalous réclament la suspension du programme de restauration des populations de loups ibériques au motif de protection de l’élevage et des activités cynégétiques, deux des mamelles de l’économie andalouse.

Pour faire le lien avec nos dossiers sur la consommation de viande et le bien-être animal; France Culture a diffusé la semaine passée une journée spéciale consacrée aux animaux dans le cadre du forum « L’année vue par les savoirs ». Au cours de différentes émissions, il est question de la contribution des animaux à la robotique, des émotions animales, de l’homme et de l’animal, de l’histoire de la défense des animaux… Ou encore : L’animal est-il le prolétaire du XXIe siècle ?

Dans le genre petites bêtes qui gênent aux entournures, les salmonelles continuent de faire parler d’elles en France, mais au Royaume-Uni c’est Campylobacter qui fiche la trouille. Le Guardian rapporte en effet que des tests menés en supermarché ont permis de déceler des taux records de Campylobacter résistants aux antibiotiques dans la viande de volaille fraiche. (Le rapport complet).

Pour finir, week-end et mauvais temps étant souvent deux incitations à rester sous la couette, vous pourrez toujours arguer, au cas où on vous le reprocherait, que c’est un moyen de vivre plus vieux. En tout cas pour les marmottes, comme le raconte le New York Times qui révèle que les marmottes asociales semblent avoir une espérance de vie plus importante que celle à la vie sociale touffue.Tous aux terriers !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑