Les échos de Sesame

Published on 23 février 2018 |

0

Les échos #7-2018

Il ne vous aura pas échappé qu’il s’est beaucoup parlé du loup cette semaine. La publication du nouveau plan loup destiné à encadrer toutes les actions autour de l’animal et de sa présence pour les prochaines années, a ravivé les flammes de la polémique, en ne faisant, au final, que des mécontents au motif qu’il ne protège pas assez les éleveurs, ou pas assez le loup, selon son camp ! Est revenue à cette occasion sur le tapis la question du comptage des loups, un des grands piliers de la polémique et argument des anti-loups. L’occasion de se pencher sur le travail des agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage qui sont chargés de ces recensements. Le Monde a également consacré plusieurs papiers à cette actualité, dont un survol général intéressant de la présence du loup en France. A rebours de l’actualité, Le Progrès témoigne de son côté que les patous, dont Jean-Marc Landry nous a longuement entretenus cette semaine, sont efficaces contre les… lynx. On pourra, pour aller plus loin, revenir sur les précédents papiers de Sesame sur la question en suivant le tag #loup.

Alors que l’affaire Lactalis continue à bas bruit, Danone a annoncé vouloir financer le changement de système de ses producteurs, en consacrant 5 M€ à cette évolution qui doit conduire les producteurs vers l’agriculture regénératrice. De quoi rendre has-been l’agriculture raisonnée ? En attendant des élevages de chameaux régénérateurs, on pourra désormais élever nos nourrissons au lait de chamelle comme nous le racontent le Figaro et l’Afp, puisqu’il existe aujourd’hui du lait de chamelle en poudre, mis au point dans les Émirats. À se demander si ce ne sera pas finalement LA tendance du salon de l’agriculture qui s’ouvre ce week-end à Paris. En effet, Le Figaro Madame nous explique que le lait de camélidé, dromadaire pour le coup, est un produit tendance en… Californie.

Des Californiens, 73 familles, dont le comportement alimentaire a été passé à la loupe par la sociologue Priya Fielding-Singh qui entend montrer que la malbouffe n’est pas, uniquement, un problème de pouvoir d’achat mais bien de valeur symbolique et culturelle attachées à l’alimentation.

En dépit du froid annoncé pour la semaine prochaine, l’été finira bien par arriver. Alors autant se préoccuper de notre ligne dès maintenant pour pouvoir parader sur les plages bondées. Avec cette question posée par le New-York Times : et si compter les calories n’étaient finalement pas la bonne méthode pour perdre du poids ?

Loups, calories, même combat, le problème c’est de les compter !

Tags: , , ,




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑