Les échos & les threads

Published on 21 février 2020 |

0

Les échos #8-2020

Par Yann Kerveno

Il y avait les 2Be3, maintenant voici le ToBRFV, virus qui affecte la tomate et ne laisse pas grande chance aux serres contaminées. Suite à l’alerte de l’Anses, il y a quelques jours, le premier cas a été confirmé dans une serre bretonne, tandis que la peste porcine africaine fait doucement monter la pression en Europe occidentale et que le Coronavirus a déjà un impact sur le business des spiritueux dans le monde


Dans la perspective des municipales, une tribune publiée dans La Croix incite les futurs élus à se pencher sur la question de l’alimentation alors que Paris a décidé de subventionner les agriculteurs pour protéger ses captages d’eau douce. C’est aussi en Île-de-France que se développe un service de livraison à domicile de produits bio, Greenweez (Carrefour) qui permet au Figaro d’ironiser sur ce paradoxe évident avant de nous raconter qu’à la campagne, ce sont des machines qui pourraient remplacer les commerçants dans les petits villages… En Espagne, la consommation de plats préparés par les ménages se porte toujours bien, en croissance soutenue, elle a atteint 592 000 tonnes l’an dernier. 

BFM a fait un point complet sur les alternatives à la viande, un bon moyen de faire le tour de la question si vous avez manqué le début, pendant que RTL nous annonce la création d’une étiquette « bien-être animal ». Aux États-Unis, l’association nationale des éleveurs a réalisé une enquête en ligne (avec toutes les réserves méthodologiques que cela suppose) auprès de 1800 personnes qui tend à montrer que les consommateurs ne comprennent pas bien l’idée des « steaks » végétaux. La moitié d’entre eux pensent en effet, par exemple, que les produits « plant-based beef » contiennent quand même de la viande… 


En Californie les tensions entre vignerons de la Napa Valley et producteurs de cannabis ne s’éteignent pas, les premiers défendant bec et ongles l’affectation à la vigne de leur terroir. Leurs confrères australiens font, eux, leurs sinistres comptes après le passage des incendies de cette année. Si seulement un pour cent du vignoble a été touché, les dégâts sont importants et estimé à 100 M$ AUD pour la seule province de Nouvelle-Galles du Sud. Certaines entreprises font même une croix totale sur leurs vendanges, bien trop abîmées par les fumées des incendies. Au Royaume-Uni, l’association des commerçants de détail aimerait bien ne pas avoir à compter ses abattis après le Brexit et presse le gouvernement anglais de parvenir à un accord de libre-échange complet avec l’Union européenne alors que les négociations doivent reprendre. 

À l’heure du salon de l’agriculture, il y a aussi cette tribune qui nous avait échappé dans laquelle Bruno Parmentier étrille l’action du gouvernement et plaide pour qu’on mette en route la révolution agroécologique. Au plus vite. Une autre tribune presse l’Europe de regarder de près la question des OGM, parce que c’est, écrivent les auteurs, un outil majeur de lutte contre la malnutrition. Tribune qui révèle qu’un dossier d’homologation européen coûte entre 11 et 16,7 M€.


On a vu dans le thread cette semaine combien les agriculteurs espagnols, rassemblés sous le hashtag #AgricultoresAlLimite, étaient remontés contre les distributeurs et les gouvernements. Mais pour Daniel Lacalle, chroniqueur de El Español, le problème n’est pas tellement une question de marge de la distribution que de taxes et TVA. Ainsi montre-t-il, sur un kilo de tomates à 1,89 €, la marge de l’ensemble de la filière n’est que de 40 centimes. Et puisque l’animal totem des Controverses européennes de Bergerac est le hérisson, saviez-vous que l’on peut leur construire des cabanes ? Une bonne occupation de week-end (même si c’est un peu tard pour cet hiver) à moins que vous préfériez plonger dans cette étude de l’INRAE qui porte sur la place de l’agriculture européenne dans le monde en… 2050. Demain quoi.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to Top ↑